L’expert-comptable au cœur de l’économie : Profitons-en pour lui donner une nouvelle orientation plus écoresponsable, par Guillaume Paulick

0
396
Guillaume Paulick
Guillaume Paulick

Selon l’observatoire de la profession comptable, entre 7 et 8 TPE PME sur 10 déclarent avoir recours à un cabinet comptable. L’expert-comptable reste donc l’interlocuteur privilégié des TPE PME, loin devant les autres conseils. Notre voix compte pour les agents économiques, utilisons-la à bon escient. Le traumatisme qu’a créé cette crise sanitaire doit nous servir afin de faire évoluer nos comportements. On entend souvent qu’il faut faire repartir l’économie, OK, mais pas n’importe comment et surtout pas comme avant.

 

Petit point sur la situation actuelle

Au-delà des fantasmes suscités par certaines théories complotistes, l’hypothèse principale de l’OMS concernant l’origine de la pandémie de COVID-19 est la transmission du virus à l’humain par un animal réservoir (probablement la chauve-souris), par l’intermédiaire d’un autre animal non encore identifié. L’élevage intensif et la surexploitation agricole dans certaines zones de la planète engendrent une déforestation qui accentue les rencontres « fortuites » entre animaux sauvages et animaux d’élevages et favorise donc l’apparition de nouveaux virus. Ajoutons à cela l’accélération de la fonte du pergélisol (ou permafrost pour les anglophones) qui pourrait libérer « 1 700 milliards de tonnes de carbone d’origine végétale qui s’y sont accumulées depuis la dernière glaciation », explique Florent Dominé dans un article paru dans le journal du CNRS, qui accentuerait drastiquement le réchauffement climatique… Autant dire que notre économie telle que nous la connaissons à l’heure actuelle va subir de sérieux coups d’arrêt… Les activités humaines ne sont donc pas étrangères à ce que nous vivons en ce moment et s’inscrivent dans un système d’interactions globales qu’il est nécessaire de comprendre et d’intégrer dans nos mécanismes de prise de décisions.

 

Un système économique actuel qui n’est pas soutenable

L’économie dans laquelle nous évoluons peut être qualifiée d’économie de marché. Pour décrire succinctement ce système, plus un bien est recherché, plus il est cher. C’est la sacrosainte loi de l’offre et la demande qui le dit. Cela sous-entend quelques hypothèses pour que le modèle fonctionne, il faut que les agents économiques soient libres et qu’ils aient une information « parfaite » pour prendre la meilleure décision. Soyons honnêtes, dans notre économie mondialisée ces postulats sont loin d’être atteints. De plus, ces théories ont été élaborées à une époque (XVIIIe et XIXe siècle) où les ressources naturelles de base paraissaient infinies, elles ont donc été négligées dans l’équation.

Aujourd’hui, le premier indicateur de la bonne santé d’une économie est le taux de croissance du PIB, il faut donc qu’il soit en perpétuelle augmentation pour que tout aille bien. À quel moment avons-nous pu croire qu’une croissance infinie dans un monde fini était possible ? Utiliser le PIB comme indicateur principal est également absurde. Creuser un trou fait augmenter le PIB, le reboucher fait également augmenter le PIB. Nous arrivons dans la même situation qu’au départ et pourtant nous avons fait croitre cet indicateur deux fois…

 Le think tank « The Shift Project », qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone, fait le lien entre PIB et consommation d’énergie :

 

PIB & Consommation d'énergie
PIB & Consommation d’énergie

Ce graphique montre bien la corrélation existante entre énergie et PIB, donc nul besoin de grands discours, ouvrons grand les vannes des pipelines, fracturons bien le sol pour récupérer le gaz de schiste et tout repartira comme avant… Il y a juste un bémol, le réchauffement planétaire que cela est en train de provoquer va engendrer des flux migratoires humains d’une ampleur jamais égalée jusqu’à maintenant. Selon l’estimation du professeur Myers reprise dans d’éminentes publications émanant entre autres du GIEC ou encore dans le rapport Stern sur l’économie du changement climatique, d’ici 2050, 200 millions de migrants climatiques voudront échapper à des conditions de vie insoutenables. Et cela pourrait être 4 milliards d’ici 2100 !

Au sens étymologique, le mot économie signifie « gestion intérieure d’une maison, d’une famille » (source : cnrtl). Notre maison « la terre » est en train de « bruler » et il est bien connu que l’on n’éteint pas un feu avec de l’essence… et pourtant c’est ce que nous risquons de faire si nous tentons de faire repartir l’économie à gros coup de consommation énergétique (pétrole, charbon et gaz en tête). Soyons plus économiquement responsables, agissons en bon(ne) père/mère de famille, car le système « terre » s’autorégulera pour retrouver un équilibre (si chère à notre profession). La question est de savoir si nous souhaitons subir ce changement qui risque d’être brutal ou bien souhaitons nous le préparer afin qu’il nous soit moins désagréable. Il est certain que la position des experts-comptables auprès des entreprises pourrait contribuer à aller dans le « bon » sens.

Quelques pistes de réflexion pour les experts-comptables afin de mettre de l’écoresponsabilité dans tout ça.

Les cabinets d’expertise-comptable ont une position de choix dans l’analyse des flux entrants et sortants d’une entreprise. 

Avec l’avènement de la facture électronique dans les prochaines années il serait intéressant de pouvoir intégrer dans le format « facture X » un petit complément d’information dans le fichier XML attaché au PDF qui serait relatif au « carbone » émis par les biens ou services compris sur la facture. Cela nous permettrait d’établir des indicateurs pertinents et potentiellement assez précis sur le niveau d’émission de gaz à effet de serre, entreprise par entreprise. Cette information pourra être insérée dans les états financiers et dans d’autres canaux d’informations à plus large diffusion afin d’identifier les entreprises ayant des comportements vertueux et celles qui ne joueraient pas le jeu. À court terme, cela aurait au moins le mérite de faire prendre conscience à certains dirigeants de l’impact de leur activité sur le climat et peut-être de leur donner envie de mener des actions correctives afin d’être moins impactant d’un point de vue climatique.

 Il est évident qu’agir de manière isolée ne résoudra pas le problème dans sa globalité, il faut une prise de conscience massive et que les pouvoirs publics agissent de manière à récompenser les comportements vertueux ou sanctionner les agissements peu scrupuleux.

 Comme le rappelait Jean-Marc Jancovici, associé de carbone 4 et président de The Shift Project, « pour s’attaquer à un problème majeur, il y a au moins 2 préalables à réunir :

  • Que l’ensemble des personnes devant contribuer à la résolution du problème aient bien compris ce dernier, ce qui demande a minima 10 heures de cours, et plutôt 30
  • Avoir déployé des méthodes adaptées permettant d’arbitrer entre climat et économie pour l’ensemble des décisions de gestion au sein d’une entité économique ou politique, et accepter de donner la priorité au climat quand il y a un conflit d’objectifs entre les deux. »

 Avec les outils et la formation adaptée, notre profession pourrait en partie contribuer à faire évoluer notre économie vers un monde plus résilient qui prendrait en considération des dimensions supplémentaires autres que les seuls indicateurs financiers qui ne sont pas assez pertinents pour expliquer toute la complexité de l’environnement dans lequel nous évoluons.

 Changeons de paradigme, car comme le disait Albert Einstein « La folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ».


Guillaume Paulick
Expert-comptable associé chez GEXPERTEAM

Sources 

https://lejournal.cnrs.fr/articles/pergelisol-le-piege-climatique
Étude du lien entre PIB et consommation d’énergie (theshiftproject.org)
Rapport de l’OMS sur la crise sanitaire liée au SRAS COV 2
Étude de l’observatoire de la profession comptable relative au marché de la profession comptable
Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales – CNRTL

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici