Pourquoi l’EC doit-il devenir ambassadeur de l’entreprise à mission ? par Octavie VERICEL

0
430
Octavie Vericel
Octavie Vericel

Pourquoi l’expert-comptable doit-il devenir ambassadeur de la société à mission ?

En 2019, le législateur instaure la société à mission : l’objectif est d’enclencher la transformation de l’économie pour qu’on aille, tous ensemble, vers un futur souhaitable.
Premier conseil des entreprises, l’expert-comptable ne peut pas ignorer le besoin de rupture qui s’impose à notre société et à notre économie : parce qu’il a un devoir de conseil, il doit accompagner ses clients à repenser leur modèle et à s’inscrire dans une performance durable.

Notre vie d’avant est derrière nous. On sait désormais que la croissance économique qui n’a été que du bonheur durant les 70 années passées est une convention incompatible avec les limites que nous impose, physiquement, notre monde : les ressources naturelles à l’origine de tous biens et services ne sont pas un puits sans fond et l’impossibilité de gérer les externalités négatives toujours plus nombreuses et néfastes dans cette convention du « toujours plus », ont déjà commencé à mettre en péril les grands équilibres de nos sociétés humaines. Les choix que nous ferons durant les 30 prochaines années seront déterminants pour notre avenir et celui des générations futures.

La société à mission

En 2019, avec le chapitre III de la loi PACTE, le législateur réforme en profondeur le cadre juridique de la vie des affaires et ce, à 3 niveaux. 

D’abord, il inscrit dans le code civil que toute société doit dorénavant être gérée dans son intérêt social en prenant en compte les enjeux sociaux et environnementaux de son activité (art. 1833). 

Il prévoit ensuite que les entreprises qui le souhaitent peuvent déclarer statutairement leur raison d’être pour compléter leur objet social (art. 1835 du même code) et même, pour celles qui veulent aller plus loin, s’assigner une mission en s’engageant sur des objectifs qui leur permettront de rester alignées, dans le temps, avec leur raison d’être (art. L210-10 du code de commerce).

Le législateur n’a pas voulu imposer ces 2 deux derniers niveaux ; il a laissé les acteurs du monde économique libres de s’inscrire dans cette démarche de transformation contraignante.

Pour autant, les entreprises ont-elles réellement le choix ?

Dans notre monde projeté à 10 milliards d’individus en 2050, sera-t-il possible de maintenir un équilibre sociétal et démocratique avec la répartition actuelle des richesses où 90% des hommes doivent vivre avec seulement 20% des richesses ?

Est-il envisageable pour nos « pays du nord » de rester stables quand des milliards d’individus des « pays du sud » vont être contraints de se déplacer du fait du réchauffement climatique ?

Est-il possible de projeter l’avenir avec une convention économique qui ne fonctionne que si l’on produit toujours plus et que si l’on consomme toujours plus alors que les ressources naturelles de notre planète sont épuisables ? 

Est-il possible de continuer à créer toujours plus de déchets alors que la capacité d’assimilation de la terre est limitée ?

Océans pollués
Au moins 1 800 milliards de déchets plastiques polluent les océans. Au fil des années, ils se sont agglomérés en une monstrueuse masse qui ne cesse de s’étendre en plein Pacifique. Ce continent flottant s’étale sur une surface équivalente à trois fois celle de la France.

Ces considérations générales conditionnent notre avenir et également l’avenir de nos entreprises. Parce qu’elles façonnent nos vies et permettent à nos sociétés de fonctionner en créant les richesses, les entreprises ont la capacité de transformer le monde. Elles le doivent aux sociétés humaines et elles se le doivent à elles-mêmes si elles veulent durer et maintenir leur performance dans le temps.

L’entreprise à mission permet à l’entreprise de se transformer

En tant qu’expert-comptable, notre devoir de conseil nous impose d’encourager les entreprises à prendre en compte la mission qu’elles ont dans la société et le monde pour aller vers un futur souhaitable. Chacun de nos clients doit repenser son modèle, et se transformer radicalement et durablement, pour devenir vertueux au niveau social, sociétal et environnemental. 

La croissance perpétuelle et le profit ne peuvent plus être les objectifs uniques de l’entreprise. Le profit doit devenir le moyen au service de la seule cause qui vaille : garantir un avenir possible pour nous-mêmes comme pour les générations futures.


Retrouvez en replay sur le site de l’Association Femmes experts-comptables la conférence

http://espace-prive.femmes-experts-comptables.eu/e-conferences_liste?r=3

Femmes experts-comptables
Femmes experts-comptables

 


Octavie VERICEL
Expert-comptable
Cofondatrice de l’Association des entreprises à mission de Lyon Auvergne-Rhône-Alpes
Vice-Présidente du Conseil régional de l’Ordre des experts-comptables de la région Auvergne Rhône-Alp

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici